Les étudiants en médecine de BGU sont les plus socialement impliqués du pays

Une enquête du journal de l’Association médicale israélienne démontre que les diplômés de l’École Médicale Joyce and Irving Goldman à BGU sont les plus impliqués en Israël et les plus actifs afin de réduire les écarts sociaux.

Depuis sa fondation par le Dr. Moshe Prywes, l’engagement auprès de la communauté est un concept fondateur de l’École Médicale Joyce and Irving Goldman et tous ses étudiants sont obligés de contribuer à la santé de toutes les communautés environnantes (bédouins, nouveaux immigrés et les personnes âgées) pendant leur formation. Selon l’enquête, la moitié des diplômés de l’école médicale de BGU et de ceux du Technion travaillent ou ont travaillé dans les zones périphériques du pays, contrairement à moins d’un tiers des diplômés des écoles de médecine de l’Université hébraïque de Jérusalem et de l’Université de Tel-Aviv.

1050 médecins ont participé à cette étude: 36% étaient des diplômés de l’Université hébraïque de Jérusalem, 26% de l’Université de Tel-Aviv, 22% du Technion et 16% de BGU. Selon l’étude, les diplômés de BGU croient, plus que les autres, que les médecins ont pour mission de réduire les écarts sociaux dans les services médicaux offerts entre les riches et les pauvres, les juifs et les arabes, les nouveaux immigrés et les habitants nés en Israël, les hommes et les femmes.

L’étude montre que plus de la moitié des médecins diplômés de BGU participent activement à des programmes sociaux au bénéfice des communautés environnantes, par rapport à un taux de 34% et 38% dans les autres universités. Environ un tiers des diplômés de BGU croient que l’éducation médicale qu’ils ont reçu au campus de Beer-Shéva a influencé positivement leur participation à des projets sociaux, par rapport à 8-15% des diplômés des autres universités. Les diplômés de l’Université hébraïque considèrent que le rôle des médecins consiste plus à effectuer des recherches qu’à être impliqués dans la communauté, tandis que ceux de BGU ont dit que l’approche sociale de l’école médicale a renforcé leur engagement social comme médecins.

Malgré son plan national d’assurance médicale pour tous, les écarts sociaux en Israël dans l’offre des services médicaux sont parmi les plus importants parmi les pays de l’OCDE. La principale conclusion de l’étude est de mettre en valeur l’importance de l’enseignement sur l’aide communautaire afin d’encourager effectivement les futurs médecins à contribuer à la réduction de tels écarts sociaux.

Ces dernières années, les 5 écoles médicales israéliennes offrent toutes de nouveaux cours de médecine sociale, mais BGU se démarque par la participation active de ses étudiants dans des projets sociaux, qui ont une réelle portée dans la réduction des écarts sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>